glossaire déhiscence du canal semi-circulaire supérieur

GLOSSAIRE

Pas évident tous ces termes médicaux. On vous propose quelques définitions. Elles s'enrichiront d'autres termes au fur et à mesure.

 

Symptômes, examens... quelques définitions

Lire ces définitions peut inquiéter, gardez en tête que l'intensité de ces symptômes varie selon les personnes. Et toutes les personnes atteintes du Syndrome de Minor ne sont pas concernées par l'ensemble de ces symptômes. Heureusement :)

Autophonie

Il peut s'agir d'entendre des sons provenant de l'intérieur du corps, tels que des craquements des articulations, des bruits de mastication, des mouvements oculaires ou des clignements des yeux, ou le piétinement de ses propres pas voyageant à travers le corps et dans l'oreille. 
Entendre son rythme cardiaque est appelé acouphène pulsatile et il s'agit d'un type d'autophonie. Les bruits sourds et sifflants provoqués par le battement du cœur et le changement du flux sanguin près de l'oreille constituent des acouphènes pulsatiles. 
Les diurétiques peuvent réduire la pression intracrânienne et suffire à atténuer ces symptômes à un niveau vivable, mais ils réussissent moins bien avec d'autres types d'acouphènes aigus et non pulsatiles. 
Certains ou tous ces sons peuvent donner l'impression qu'ils se répercutent à l'intérieur de la tête, et sa propre voix peut être transformée en un bruit rappelant un haut-parleur cassé. Cependant, tous les patients ne sont pas autophiles.

Brouillard cérébral

Des recherches récentes ont confirmé que le syndrome de Minor pouvait entraîner une diminution de l’endurance mentale, des niveaux de concentration plongeant de manière assez spectaculaire ainsi que des capacités de récupération de la mémoire diminués.
Le multi-taches peut présenter un problème par exemple lorsque vous essayer de surveiller plusieurs véhicules alors que vous conduisez. La difficulté à trouver les mots justes etc. peut être attribuée au brouillard cérébral appelé aussi le « brain fog ».
Les patients ont souvent du mal à : gérer les séquences, à mélanger les mots et les syllabes, à inverser les lettres et les chiffres, à suivre le déroulement d’une conversation.

Dépendance visuelle

La dépendance visuelle, c'est quand le cerveau ne fait plus confiance à tous les signaux qu'il reçoit et se focalise principalement sur le visuel. C'est quand on ne supporte pas les mouvements autour de soi, les rayons des supermarchés, le défilement du paysage en voiture, les films où tout bouge beaucoup, etc. Vous pourrez trouver une définition complète ici.

Fatigue

Pour que le cerveau fonctionne bien, il a besoin d’informations immuables, précises, d’équilibre et de gravité.
S’il n’obtient pas ces informations de l’oreille qui ne fonctionne pas correctement, le cerveau lui-même commence à compenser et à utiliser une part considérable de son énergie pour calculer la relation du corps à l’espace, entrainant une fatigue intense .

Hyperacousie

L’hyperacousie est une hypersensibilité auditive lorsque les personnes sont exposées à certains bruits, certains sons, et certains environnements.

L’hyperacousie peut occasionner une réelle souffrance au quotidien, un inconfort majeur dans les activités intérieures comme extérieures, des maux de tête, une grande fatigue auditive, des sons induisant les vertiges ou le déséquilibre (phénomène de Tullio) parfois des douleurs avec une intensification des acouphènes en fonction de la durée et de l’intensité de l’exposition aux bruits.

L’hyperacousie occasionne souvent un isolement et un repli social. 

À ne pas confondre avec la phonophobie.

Vertiges

Le vertige de Tullio est un vertige évocateur du syndrome de déhiscence du canal supérieur (ou syndrome de Minor).

Le "phénomène de Tullio" est un vertige ou un mouvement oculaire déclenché par le son. (Décrit par Pierre Tullio en 1929.)
Au quotidien cela peut se traduire par un vertige causé par le son d'un klaxon, un bruit de vaisselle qui tombe, une voix...
Les crises de vertiges rotatoires sont aussi possibles, pendant ces crises le vertige donne une impression que tout tourne autour de soi.
Les vertiges peuvent être accompagnés de nausées, voire de vomissements, de malaises, de chutes.
Un état "ébrieux", une sensation d'ébriété, de tangage sont aussi courants.

Un déséquilibre plus permanent s'installe chez certains patients qui doivent alors s'appuyer autour d'eux et/ou sur une canne pour se déplacer.

Plus d'infos par ici.